Découvertes monétaires

Développement d’un outil numérique d’inventaire consacré aux découvertes monétaires faites sur le territoire français.

La présent projet a pour but la conception et le développement d’un prototype de base de données dans le cadre de la base nationale qu’entend développer la Bibliothèque nationale de France, en formalisant un partenariat scientifique et technique avec le Centre Michel de Boüard-CRAHAM et le pôle Document numérique de la MRSH.


Direction scientifique :
Pierre-Marie Guihard, CRAHAM
Frédérique Duyrat
Pierre-Yves Buard, MRSH Caen
Liste des membres du projet :
Partenaire(s) :
  • CRAHAM
  • BnF, Département des monnaies et médailles
  • MRSH Caen, Pôle document numérique

Chaque année l’archéologie livre de nombreux dépôts et autres monnaies isolées, pour lesquels il n’existe aucun organisme centralisateur pour leur inventaire. Les causes sont multiples, mais, entre autres, augmentées par le caractère interrégional de l’archéologie et la rareté des numismates à même d’identifier et de cataloguer les découvertes. L’absence d’inventaire régulier représente à l’évidence une perte indéniable pour la connaissance des sites archéologiques ainsi que pour la reconstitution des usages monétaires à travers les siècles. Science auxiliaire au sens étymologique du terme, la numismatique est d’une aide pourtant précieuse lorsque les témoignages (notamment littéraires) font défaut. Source de première main elle est susceptible d’apporter à l’historien un éclairage direct sur les questions économiques et sociales, sur l’histoire des échanges ou encore sur la circulation des biens et des hommes.

C’est dans ce contexte particulier que la Bibliothèque nationale de France entend développer en ligne une base permettant le recensement centralisé et la description des trouvailles monétaires faites sur le territoire national. En Europe, nombreux sont les pays qui se sont dotés de programmes de signalement des découvertes monétaires. Depuis quelques années, ces bases de données sont de plus en plus interopérables et donnent à voir une facette souvent méconnue de l’histoire européenne. Les travaux menés dans le cadre de l’European Coin Find Network (http://www.ecfn.fundmuenzen.eu) sont en cela particulièrement révélateurs du fort potentiel scientifique d’un recensement systématique des découvertes monétaires en lien avec les principes du web de données. L’absence de la France sur les cartes générées par ces différents programmes n’est pas due au manque de données mais à l’absence criante d’outil de référencement. C’est pourquoi le département des Monnaies, médailles et antiques et le Centre Michel de Boüard-CRAHAM, forts de leurs compétences communes et reconnues dans le domaine des études monétaires (expérience et expertise), unissent leur action, à travers ce projet, pour développer le référencement des trouvailles monétaires réalisées sur le territoire français. En ce domaine le Centre Michel de Boüard-CRAHAM est la seule Unité Mixte de Recherche française à avoir développé, en partenariat avec le pôle Document numérique de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH) de l’Université de Caen, une base en ligne dédiée aux découvertes monétaires étudiées par son service de numismatique. Intitulé « Nummus », ce programme (https://www.unicaen.fr/crahm/Nummus/) a pour but d’établir un inventaire des monnaies issues de chantiers archéologiques des périodes antique, médiévale et moderne, mises au jour dans un espace géographique centré sur l’actuelle Normandie, tout en s’ouvrant à d’autres régions françaises. La base Nummus entend ainsi présenter la monnaie dans un environnement précis, celui de son contexte archéologique d’utilisation. Par delà la mise à disposition régulière et entièrement en open access d’un ensemble massif de découvertes monétaires, Nummus est un outil innovant, qui s’appuie à la fois sur un large réseau de partenaires (INRAP, services départementaux de l’archéologie, musées, etc.) et sur un dispositif technologique qui facilite le traitement, la conservation, l’accès et l’interopérabilité des données de la recherche, en s’appuyant sur une structure XML EAD permettant l’encodage de chaque degré d’information. La mise en ligne des monnaies selon des règles précises (vocabulaire standardisé, ontologie décrivant les liens entre les objets, etc.) anime l’ensemble de la discipline au niveau international (http://nomisma.org, http://www.ecfn.fundmuenzen.eu). Elle permet aujourd’hui de fournir aux chercheurs mais aussi aux simples curieux des outils de consultation et de recherche rapides et efficaces, là où les outils traditionnels (catalogues papier, etc.) nécessitent des centaines d’heures de dépouillement et une spécialisation avancée des utilisateurs.

 

Le développement d’un outil d’inventaire consacré aux découvertes monétaires faites sur le territoire français répondrait ainsi à une attente de la communauté scientifique. Toutefois, cet outil n’est pas une fin en soi. Il est la première pierre d’une collaboration qui doit servir à alimenter une plus grande expression de la recherche en numismatique. A plus long terme, la collaboration entre la Bibliothèque nationale de France et l’Université de Caen Normandie est ainsi destinée à fédérer d’autres compétences et des moyens pour valoriser la coopération et le dialogue entre des groupes de chercheurs de diverses régions engagés dans l’enregistrement des trouvailles monétaires réalisées en France. Pour les progrès de la numismatique, le but est de proposer un instrument qui réponde à ces perspectives et dont les qualités seraient indéniables : il est conçu à l’échelle du territoire français et la part de l’information y serait importante. De surcroît, en l’absence de tout outil d’inventaire centralisé, chacun décrit le matériel selon ses conceptions et il en résulte de telles différences que l’utilisateur perd souvent un temps considérable quand il doit entreprendre une recherche de synthèse. Dans cette voie de la diffusion de l’information, il serait donc utile d’harmoniser la présentation des trouvailles.

 

Le présent projet traduit d’abord un souci : celui de construire un outil pour centraliser une documentation harmonisée souvent difficile d’accès et éparpillée sur le territoire, dans des dépôts, des musées (etc.), le but recherché étant de pouvoir réunir un matériel étendu, fiable et sans trop de variables selon les périodes ou les régions. Enfin et surtout, l’exigence primordiale est de pouvoir synthétiser des informations qui s’intégreraient par accumulation dans des regroupements vecteurs de tendances générales et de compréhension de l’histoire monétaire sur le temps long. Proposer en somme une uniformisation dans le recensement des trouvailles monétaires qui serait le résultat d’une coopération entre spécialistes de toutes régions.

 

Pour résumer, voici les quelques problèmes posés que se propose d’aborder cette coopération scientifique et technique :

  • réunir au sein d’outils adaptés et interopérables un matériel étendu,
  • harmoniser la description et le référencement des trouvailles monétaires,
  • pouvoir fédérer des groupes de chercheurs de diverses régions autour d’un outil d’inventaire central,
  • orienter les études numismatiques vers certains thèmes qui pourraient faire l’objet de recherches simultanées.