Thème 3. Héritages, imitations et écritures du passé

Coordinateur : Édith Parmentier et Brigitte Gauvin

Le thème 3 rassemble les chercheurs de l'unité qui s’intéressent aux textes documentaires et littéraires, en les considérant comme sources d’information dans une perspective historiographique, et comme objets d’étude à part entière, dont il convient d’analyser les conditions de production, la genèse et la mise en forme, le fonctionnement rhétorique, la réception dans leur contexte d’origine et à travers les âges.

L’éventail des textes étudiés par les membres de l’équipe est vaste et diversifié, tant sur le plan chronologique (Antiquité, Moyen Âge, Renaissance) que sur le plan linguistique (textes grecs et latins, mais aussi akkadiens et sumériens, hiéroglyphiques et démotiques, incursions dans le domaine arabe) et du point de vue typologique : les recherches en cours concernent à la fois des productions documentaires (textes épigraphiques, actes diplomatiques), des écrits « scientifiques » et/ou encyclopédiques, des ouvrages historiques ou philosophiques, et des créations proprement littéraires (poésie, fiction narrative, etc.).

Les travaux, individuels et collectifs, portant sur ces différents corpus s’articulaient autour des problématiques et programmes suivants.

I. Étude des pratiques textuelles (recherches sur les pratiques d’écriture et sur l’histoire des formes littéraires)

Un premier ensemble de travaux, portant sur la production documentaire, concerne les pratiques de l’écrit en milieu cathédral, principalement dans l’Europe du Nord-Ouest, et monastique avec la diplomatique cistercienne (G. Combalbert et V. Gazeau), mais aussi de manière plus large les pratiques de l’écrit en Normandie médiévale avec l’étude en particulier de la composition des coutumiers (Laurence Jean-Marie dans le RIN NORECRIT : mise par écrit, copies et traductions des coutumiers, rapport oral/écrit, latin/français) et des chartriers (travaux de Michael Bloche sur le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp).

Un deuxième ensemble porte sur l’étude des formes littéraires: 1) les travaux de métrique d’A. Foucher ; 2) les recherches de L. Romeri sur le genre littéraire convivial grec et ses rapports avec la pratique conviviale en Grèce ancienne ; 3) les travaux d’Edith Parmentier sur les historiens fragmentaires grecs, en particulier Nicolas de Damas ; 4) les travaux de C. Jouanno et de J. Bastick sur la littérature de fiction (roman grec et byzantin, biographies romancées) 5) Les travaux de B. Gauvin sur le dialogue humaniste. 6) Les travaux de B. Gauvin sur la littérature médicale de la Renaissance; 7) les travaux sur l’historiographie médiévale normande : écriture et les réécritures de l’histoire (M-A. Lucas Avenel sur l’écriture de l’histoire par les historiens des conquêtes normandes ; F. Paquet sur les chroniques et annales normandes de la fin du Moyen Âge ;  M. Bisson sur l’écriture de l’histoire du Mont Saint-Michel par les Mauristes)  ; 8) les travaux de L. Chevalier sur les ordinaires liturgiques du Mont Saint-Michel.

II. Écriture du passé

Cette deuxième thématique inclut à la fois une réflexion théorique sur l’histoire en tant que discipline intellectuelle et son positionnement dans le champ des savoirs, et des études de cas sur la perception du passé (et sa reconstruction) dans les sociétés anciennes et médiévales.

Le premier aspect (réflexion théorique) est représenté par les travaux de L. Romeri sur la relation (souvent conflictuelle) entre histoire, philosophie et littérature dans l’Antiquité, notamment chez Platon, Athénée et Lucien (« Fiction et histoire chez Lucien », dans Tangence 116, 2018) et les travaux de M.-A. Lucas-Avenel sur le discours métatextuel des historiens médiévaux sur leur propre écriture de l’histoire (étude comparée en particulier de Geoffroi Malaterra et Guillaume de Poitiers, publication 2019.)

Au deuxième volet appartiennent : 1) les travaux de T. Haziza sur l’écriture de l’histoire, en particulier égyptienne, par Hérodote, et sur la possible influence exercée sur le « Père de l’Histoire » par la conception égyptienne du passé ; 2) les recherches de C. Blonce sur les phénomènes de continuités dynastiques dans l’Antiquité tardive, et ses recherches sur les panégyriques latins des IIIe-IVe s., dont l’étude permet de mettre en valeur la construction d’une nouvelle image impériale à l’époque tétrarchique et constantinienne ; 3) les travaux de C. Jouanno sur la figure d’Alexandre à Byzance, et notamment sur la « médiévalisation » du personnage antique dans les chroniques universelles et dans la littérature de fiction (participation à un ouvrage collectif sur la figure d’Alexandre dans le christianisme oriental, dirigé par M. Debié, EPHE) ; 4) les travaux d’Alban Gautier sur les figures de tyrans dans l’île de Bretagne ; 5) les travaux d’Edith Parmentier sur le règne du roi Hérode, représentations et traductions culturelles.

Programme 3. Enquêtes de terrain et monographies de sites

Cette troisième thématique correspond aux recherches sur la circulation des textes, dans sa double dimension matérielle et intellectuelle.

Le premier volet, lié à la conservation ancienne et à la circulation des livres et textes, est représenté par les travaux sur les bibliothèques monastiques du Mont Saint-Michel (travail collectif coordonné par C. Jacquemard et M. Bisson, en lien avec l'Équipex Biblissima, avec M-A. Lucas-Avenel, B. Gauvin, O. Desbordes, T. Buquet.) et de l’abbaye de Fécamp (S. Lecouteux), ainsi que sur les inventaires de bibliothèques (élaboration en cours du site Thecae, M. Bisson et C. Jacquemard, ouverture 2020).

Le deuxième volet concerne l’histoire de la transmission et de l'imitation des textes et des idées et s’organise en 1) la réception des historiens d’Alexandre à Byzance (transmission manuscrite, tradition indirecte, références explicites, citations et imitations) (C. Jouanno) et travaux de S. Kutthner-Homs sur l’héritage antique chez l’historien Nicétas Chôniatès  ; 2) la transmission des savoirs zoologiques sur l’histoire de la réception des traités d’ichtyologie, de l’Antiquité à la Renaissance : Elaboration de la Bibliothèque Virtuelle Ichtya (Corpus d’une vingtaine d’œuvres latines (Antiquité, Moyen Âge, Renaissance) relatifs à l’histoire des poissons) et du thesaurus ichtyonymique, ainsi que d’une bibliographie sur Zotero (projet Ichtya : C. Jacquemard, B. Gauvin, M.-A. Lucas-Avenel, T. Buquet) ; 3) l'imitation des modèles antiques dans l’historiographie et la poésie médiévales normandes (M.-A. Lucas-Avenel).

Une troisième série de travaux, menés dans une perspective littéraire et comparatiste, concerne la fortune des œuvres, figures et des héros antiques à l’époque moderne. Ont été menés :  1) Les Travaux de C. Dumas-Reungoat sur la Mésopotamie (étude des avatars d’Oannès, héros civilisateur amphibie des Mésopotamiens, dans la littérature et les arts de l’époque moderne (XVIIIe-XXe s.) ; 2) travaux de C. Dumas-Reungoat sur les diverses formes prises par l’angoisse de la disparition collective (motif du fléau radical, récit d’apocalypse), de l’Orient ancien à l’époque contemporaine (littérature de fiction et cinéma). 3) les travaux de F. Lecocq sur le phénix, ses représentations et son symbolisme dans la littérature et les arts figurés 4) Les travaux de C. Jouanno sur la figure d’Alexandre d’une part, le genre romanesque antique d’autre part.

Voir aussi dans «Stratégie scientifique»

Axe transversal A. Érudition et numérique (production de données, exploration de corpus)

Le laboratoire, dans la diversité de ses spécialités (histoire, archéologie, littératures anciennes), s’est fortement impliqué dans le Digital turn pris par les Humanités. Le séminaire s’intéresse aux apports des nouvelles technologies pour faciliter l’analyse et l’édition des sources, multiplier les interrogations croisées sur les données et améliorer la diffusion des données selon les principes FAIR.

Axe transversal B. Les mondes normands dans l’Europe médiévale Responsables : Pierre Bauduin et Alban Gautier Les mondes normands médiévaux sont ici entendus au sens large pour désigner d’une part les espaces où s’établirent les Scandinaves aux VIIIe-XIe s. et de l’autre les territoires qui ont été sous domination normande en France, dans les îles Britanniques et en Méditerranée aux XIe-XIIe s. L’objectif de cet axe transversal est de rassembler les recherches sur les mondes normands dans l’Europe médiévale – un champ d’enquête qui positionne le CRAHAM sur un créneau unique en France – développés dans les trois thèmes de la programmation scientifique de l’unité. L’idée est ici de contribuer à une perspective commune, globale, comparatiste et en lien avec des partenariats internationaux (Grande-Bretagne, Italie, Russie, Scandinavie, USA), avec la collaboration de la MRSH (notamment l’Office universitaire d’études normandes, OUEN, et le Pôle du document numérique). Enfin, avec la revue Tabularia et le carnet Mondes normands médiévaux, le CRAHAM s’est doté d’outils numériques qui permettent à la fois de publier des travaux sur les mondes normands médiévaux, de communiquer ses propres recherches, et de constituer un réseau à l’échelle nationale et internationale. La Stratégie scientifique du projet quinquennal 2017-2021 Le programme scientifique de l’unité pour le contrat quinquennal 2017-2021 se décline en trois thèmes et en deux axes transversaux, qui permettent de mieux identifier les spécialités de l’unité et d’intégrer les projets émergeants.