Axe transversal B. Les mondes normands dans l’Europe médiévale

Responsables : Pierre Bauduin et Alban Gautier

Les mondes normands médiévaux sont ici entendus au sens large pour désigner d’une part les espaces où s’établirent les Scandinaves aux VIIIe-XIe s. et de l’autre les territoires qui ont été sous domination normande en France, dans les îles Britanniques et en Méditerranée aux XIe-XIIe s. L’objectif de cet axe transversal est de rassembler les recherches sur les mondes normands dans l’Europe médiévale – un champ d’enquête qui positionne le CRAHAM sur un créneau unique en France – développés dans les trois thèmes de la programmation scientifique de l’unité. L’idée est ici de contribuer à une perspective commune, globale, comparatiste et en lien avec des partenariats internationaux (Grande-Bretagne, Italie, Russie, Scandinavie, USA), avec la collaboration de la MRSH (notamment l’Office universitaire d’études normandes, OUEN, et le Pôle du document numérique). Enfin, avec la revue Tabularia et le carnet Mondes normands médiévaux, le CRAHAM s’est doté d’outils numériques qui permettent à la fois de publier des travaux sur les mondes normands médiévaux, de communiquer ses propres recherches, et de constituer un réseau à l’échelle nationale et internationale.

L’historiographie moderne et contemporaine des mondes normands (XVIIe-XXIe s.)

Ces recherches visaient à examiner quelles ont été les constructions historiographiques depuis le XVIIe s., en tentant d’évaluer leur influence sur notre connaissance de l’histoire des mondes normands. P. Bauduin et E. D’Angelo ont organisé le colloque international « Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe s. : construction, influence, évolution » au Centro Europeo di Studi Normanni (CESN), à Ariano Irpino, 9-10 mai 2016 (actes sont à 2020). Il a été suivi par le colloque de Cerisy-la-Salle, 25-29 septembre 2019, sur « Maîtriser le temps et façonner l’histoire. Les historiens normands aux époques médiévale et moderne » (resp. S. Lecouteux et F. Paquet), dont les actes sont en préparation. D’autres travaux ont participé à cette réflexion d’ensemble : sur l’historiographie du mouvement viking (P. Bauduin) et ses résonnances politiques contemporaines (S. Lebouteiller), les discours pseudo-scientifiques qu’il suscite (A. Gautier),  sur l’historiographie du haut Moyen Âge britannique (A. Gautier).

Le programme vise à inscrire une réflexion portant plus spécifiquement sur les processus (circulation, réseaux, contacts, échanges culturels) qui expliquent ou façonnent les territoires politiques et religieux, les cultures et les identités et les relations entre les différents espaces « normands ». Ces points sont largement abordés par le volume collectif publié par D. Bates et P. Bauduin, 911-2011: penser les mondes normands médiévaux, 2016.

Les transferts culturels ont été exploré dans une série de rencontres et de séminaires, parmi lesquels figurent la Journée d’étude « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux - 1 Des mots pour le dire ? » (resp. P. Bauduin), Caen, 20 novembre 2015, publiée sur le carnet de recherches Mondes normands médiévaux ou encore le colloque international « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe s.) : objets, acteurs et passeurs » (resp. P. Bauduin, L. Bourgeois, S. Lebouteiller), Caen, 5-7 octobre 2017 (à paraître).

Les recherches sur les élites laïques et ecclésiastiques dans les mondes normands, qui irriguent d’autres thèmes de cet axe, ont bénéficié du développement des outils élaborés par le CRAHAM et le pôle Document numérique de la MRSH, en particulier Scripta, E-cartae et Thesauri, ainsi que les projets Vexicaen et Normonde. Le projet Vexicaen (Valorisation, EXploration et Indexation de Corpus des ActEs Normands, resp. P. Bauduin) a porté sur la base SCRIPTA, les actes épiscopaux, la méthodologie de l’outil numérique d’indexation Thesaurus et la création (par T. Fujimoto) de notices de noms de lieux et de personnes dans cet outil. La méthodologie développée dans Vexicaen a été élargie à des corpus anglais et italiens, dans le cadre de Normonde (resp. J.-F. Klein, Université du Havre) avec l’élaboration de la base « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe s. » (resp. P. Bauduin, A. Peters-Custot), dont l’objectif est d’établir une prosopographie normande rassemblant les noms des individus qui partent du duché de Normandie pour rejoindre l’Angleterre, l’Italie du Sud et la Sicile

Réseaux, circulations des hommes, des idées, des biens

Outre les programmes sur migrations, conquêtes, diasporas et identités (thème 1), il s’agit d’orienter et de valoriser les enquêtes menées dans plusieurs directions.

Les réseaux réformateurs, pour comprendre, dans leur contexte européen, les spécificités des modalités de la réforme dans les mondes normands : ce thème a donné lieu à la publication de deux colloques par V. Gazeau (avec J. Barrow, F. Delivré) Autour de Lanfranc (1010-2010). Réforme et réformateurs dans l’Europe du Nord-Ouest (XIe-XIIe siècles), 2015 et (avec B. Galbrun), L’abbaye de Savigny (1112-2012). Un chef d’ordre anglo-normand, 2019, et à des Journées d’études sur l’abbaye du Bec-Hellouin en 2016 (V. Gazeau, G. Combalbert).

Les réseaux de confraternité dans lesquels circulent les hommes, les livres et les œuvres ont été étudiés par S. Lecouteux dans sa thèse soutenue en 2015 (Réseaux de confraternité et Histoire des bibliothèques. L’exemple de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, dir. C. Jacquemard et A.-M. Turkan-Verkerk), ainsi que dans plusieurs articles.

Dans le cadre de l’étude des modèles de sainteté et du culte marial dans les mondes normands, avec la publication par V. Gazeau (avec C. Guyon, C. Vincent), du colloque En Orient et en Occident : le culte de saint Nicolas en Europe Xe-XXIe s., 2015. V. Gazeau a abordé le culte des saints à travers l’œuvre d’Ordreric Vital (2017) et a co-dirigé, avec C. Lorren la thèse de L. Trân-Duc (Le culte des saints en Normandie, IXe-XIIe s. Enjeux de pouvoir dans les établissements bénédictins du diocèse de Rouen), soutenue en 2015. Le culte marial a fait l’objet de deux thèses, également dirigées par V. Gazeau, soutenues en 2016 par C. Bataille (Birgitta quasi beate Virginis sagitta. Le culte de la Vierge Marie en Suède, de sainte Brigitte à la Réforme, 1300-1530) et Ch. Avril (Le culte marial dans la province ecclésiastique de Rouen entre le XIe s. et le Concile de Trente). Liée au culte des saints, la production hagiographique normande a fait l’objet d’une synthèse par L. Vangone dans sa thèse soutenue en décembre 2019 (L’hagiographie latine du duché de Normandie, 911-1204. Établissement d’un corpus raisonné de textes et analyse littéraire et historique, dir. P. Bauduin, co-tutelle E. D’Angelo, Naples), accompagnée de la construction de l’outil ReTeHNor (répertoire numérique de l’hagiographie latine de Normandie).

Les carrières ecclésiastiques sont un autre biais pour étudier la circulation des individus et des influences. F. Paquet a ainsi étudié les abbés des 11 abbayes bénédictines  dans sa thèse sur Des crosses et des couronnes. Pouvoirs abbatiaux et pouvoirs royaux dans le diocèse de Rouen, fin du xiie s.-milieu du xve s. (dir. V. Gazeau, 2018). Plusieurs ecclésiastiques normands ont fait aussi l’objet d’articles par V. Gazeau. Les abbés de Fécamp ont retenu l’attention de Michaël Bloche, qui en a abordé la diplomatique dans sa thèse sur Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp : étude et édition critique, [928-929]-1190 ; postérité du fonds (dir. V. Gazeau et P. Bauduin, 2019).

La dimension maritime des espaces où interagissent les Normands a maintes fois été soulignée, que ce soit dans le cadre de l’expansion des vikings, des relations transmanche du royaume anglo-normand ou des conquêtes normandes en Méditerranée. Pour la période viking, plusieurs aspects ont été ainsi abordés dans l’ouvrage collectif piloté par A. Gautier (avec L. Malbos, Poitiers) sur Communautés maritimes et insulaires du premier Moyen Âge, 2020. L. Jean-Marie a soutenu en décembre 2016 son HDR (garante V. Gazeau) portant sur « La Normandie, les villes et la mer (XIIe-début du XIVe s.) », avec un mémoire inédit intitulé Le prince, la Normandie et la mer (milieu du XIIe s.-1204). Elle a par ailleurs poursuivi ses recherches sur les élites urbaines, marchands et gens de mer normands dans leurs relations avec l’Angleterre.

Les constructions politiques et territoriales ; l’administration des territoires laïques et ecclésiastiques

Cet aspect a fait l’objet d’une Journée d’étude internationale sur « Bâtir un Etat normand aux XIe-XIIe s. De la guerre à la paix » (resp. P. Bauduin, A. Peters Custot), tenue à Caen le 1er mars 2019. L’aspect plus proprement militaire a été abordé dans le volume collectif La guerre en Normandie au Moyen Âge (XIe-XVe s.), piloté par A. Curry (Southampton) et V. Gazeau (2018).

Les travaux ont porté particulièrement sur le rôle des élites séculières dans les processus de construction et de gestion politique et territoriale, avec en particulier la thèse de C. Groud, In confinio Abrincatensis regionis. L’aristocratie des espaces frontaliers du IXe au milieu du XIIe s. (dir. V. Gazeau, 2019). Par ailleurs, la féodalité et la seigneurie dans la Calabre comtale normande a fait l’objet d’une étude de R. Berardi.

Paroisses et diocèses dans la Normandie médiévale constituent un autre volet des recherches engagées sur ce terrain. L’ouvrage de G. Combalbert, Sauf le droit épiscopal ». Évêques, paroisses et société dans la province ecclésiastique de Rouen, XIe-milieu du XIIIe s., devrait paraître aux Presses universitaires de Caen. G. Combalbert s’est également intéressé aux évêques normands face aux moines et aux chanoines dans le contrôle des églises paroissiales aux XIIe-première moitié du XIIIe s. (à paraître, 2020) ainsi qu’aux doyens ruraux dans le diocèse et la province de Rouen dans deux communications à paraître, dont l’une dans le colloque qu’il a co-organisé à Reims (3-4 juin 2019) avec V. Beaulande-Barraud sur « Doyens de chrétienté et archiprêtres des temps carolingiens à l’époque moderne. Les « moyens » de la juridiction ecclésiastique » (actes en préparation).

Voir aussi dans «Stratégie scientifique»

Axe transversal A. Érudition et numérique (production de données, exploration de corpus)

Le laboratoire, dans la diversité de ses spécialités (histoire, archéologie, littératures anciennes), s’est fortement impliqué dans le Digital turn pris par les Humanités. Le séminaire s’intéresse aux apports des nouvelles technologies pour faciliter l’analyse et l’édition des sources, multiplier les interrogations croisées sur les données et améliorer la diffusion des données selon les principes FAIR.

La Stratégie scientifique du projet quinquennal 2017-2021 Le programme scientifique de l’unité pour le contrat quinquennal 2017-2021 se décline en trois thèmes et en deux axes transversaux, qui permettent de mieux identifier les spécialités de l’unité et d’intégrer les projets émergeants. Thème 1. Migrations, conquêtes, diasporas et identités, de l’Antiquité au début de l’époque moderne Coordinateurs : Christine Delaplace et Pierre Bauduin Ce thème rassemble les chercheurs de l’unité autour de quelques points communs : la réflexion sur la terminologie et le contenu des concepts employés ; un fort potentiel international et transdisciplinaire (langues et civilisations, histoire, archéologie de terrain et de laboratoire, notamment en paléoanthropologie) ; la réponse à une demande sociétale qu’il est nécessaire d’éclairer en replaçant les processus étudiés dans le temps, au travers de situations historiques concrètes. Les recherches se sont orientées dans deux directions principales.