Service d’archéométrie-céramologie du Craham

Le service d’archéométrie-céramologie du Craham étudie la production et la provenance des terres cuites, notamment par l’analyse en laboratoire permettant leur caractérisation physico-chimique. Le service dispose d’un important référentiel et de plusieurs instruments d’analyse, dont un spectromètre d’émission atomique ICP AES et un analyseur par fluorescence X portable.

 

 

Les terres cuites (poteries, tuiles, carreaux…) depuis leur production jusqu’à leur rejet constituent un objet d’étude pour aborder l’histoire des sociétés anciennes. Ces produits sont des témoins privilégiés des échanges, de l'organisation des structures artisanales ou industrielles qui les ont fabriqués, des évolutions technologiques et permettent également d’aborder l’interaction de l’homme avec son milieu et l’utilisation des ressources naturelles. Au Craham, ils ont, depuis les années 1970, fait l’objet d’analyse en laboratoire. En effet, l’analyse chimique globale de la pâte des céramiques, éventuellement associée aux études minéralogique et pétrographique, participe à la définition de l'origine de fabrication des céramiques, leur provenance, croisées avec les données archéologiques. Ainsi, la caractérisation physico-chimique des productions d’ateliers est une étape essentielle pour toutes les études de provenance. Cette caractérisation permet de construire des référentiels géochimiques nécessaires ensuite à l’étude de la diffusion des productions de ces ateliers, à la connaissance des réseaux d’échanges, à l’identification des relations économiques entre les sites et à la définition de faciès culturel.

Le référentiel du service d’archéométrie-céramologie du CRAHAM compte à l’heure actuelle près de 11 000 données. Initié dans les années 1970 par Daniel Dufournier avec la mesure de 8 éléments chimiques, l’étude est assurée depuis 2005 par Anne Bocquet-Lienard et est constitué (depuis 2007) de 20 éléments chimiques(1) (dont 10 éléments en traces). Ces éléments sont quantifiés par ICP AES(2) après une mise en solution par fusion alcaline. La préparation et l’analyse sont assurées par 2 chimistes : Juliette Dupré et Marie-Paule Bataillé.

Depuis peu un analyseur par fluorescence X portable(3) permet une analyse chimique non destructive. Outre les sols et les céramiques il permet l’identification de la composition des alliages telles que les monnaies (projet Fanum)

En collaborations, le service d’archéométrie-céramologie intervient dans de nombreux projets(4) français ou internationaux. Des prestations d’analyse sont possibles après discussion avec le service.

Enseignement

Les membres du service participent à l’enseignement proposé par l’université de Caen Normandie en Licence et en Masters 2, accompagnent des étudiants au cours de leurs travaux de recherche (co-direction de travaux de Masters et de thèses, encadrement de stagiaires(5)) et accueille des étudiants de classes préparatoires dans le cadre de leur TIPE.

Valorisation

Le service est associé à l’organisation de colloques(6) ou de tables rondes et est impliqué dans des manifestations de valorisation comme la fête de la science ou les journées européennes du patrimoine.


1. Si, Al, Fe, Ti, Ca, Mg, Na, K, Mn, P, Ba, Sr, V, Zn, Zr, Cr, Ni, Rb, Ce, Y.

2. Spectromètre d’émission atomique ICP AES (Inductively Coupled Plasma Atomic Emission Spectrometry) à double visée axiale et radiale. C’est une technique analytique à plasma à couplage inductif permettant l’analyse quantitative séquentielle des éléments chimiques présents même à l’état de traces. La préparation liquide est introduite dans le spectromètre par vaporisation dans un plasma d’argon, grâce à un nébuliseur. La très haute température crée des excitations qui entrainent des phénomènes d’ionisation. Les éléments retournent à leur état fondamental en émettant des rayonnements à des longueurs d’ondes spécifiques à chaque élément.

La fusionneuse Claisse Fluxy M4 permet, par une chauffe rapide en présence d’un fondant (métaborate de lithium), de solubiliser les échantillons et d’obtenir des solutions pour l’analyse par ICP AES.


3. Niton XL3t est un analyseur par fluorescence-X portable, permettant des mesures précises et non destructives de la composition chimique élémentaire des matériaux. L’analyseur peut être utilisé en configuration de paillasse (plus sécurisé) ou en mode portatif (en extérieur, en musée...). Il est adapté pour l’analyse des sols, céramiques ou des métaux et alliages (monnaies).


5. Thèse et post-doctorat

  • M. Leclerc depuis octobre 2019, «  Trajectoires de la terre cuite dans les villages du bas Moyen Âge de la région de Caen : approvisionnement, usages et rejet d’un objet du quotidien, à partir du cas de Trainecourt (Calvados)».
  • J.-B. Vincent, post-doctorat de Normandie Université, programme « actions thématiques stratégiques » : « De la matière première au lieu de vie : les terres cuites architecturales dans l’économie cistercienne en Europe du Nord-Ouest ».

Stages Master Recherche

  • M.-A. Thierry 2014, « Étude d’un lot de céramiques mis au jour en 1995 dans le quartier du théâtre à Vieux-la-Romaine », mémoire de master 2 Université de Caen Normandie.
  • Leclerc 2017, « Étude du mobilier céramique de la Motte d’Olivet, à Grimbosq (Calvados) », mémoire de master 1, Université de Caen Normandie.
  • Leclerc 2018 « Étude du mobilier céramique du château d’Olivet, Grimbosq (Calvados)», mémoire de master 2, Université de Caen Normandie.
  • Sarrazin, 2019, « Étude du mobilier céramique de l’atelier de potier des parcelles zb 47-48 à Châteaubleau (Seine-et-Marne) : le four f75 et son aire de chauffe f15», mémoire de master 2, université de Caen Normandie.
  • Hugo Gagnant 2019-2020 « La terra nigra régionale et d’importation dans le Calvados », mémoire de master 2, université de Caen Normandie.

Stages Master Pro CEI

  • 2018 : F. Benabdallah : « Mise en place d’un protocole de mesure par fluorescence X portable de céramiques et particulièrement les faïences archéologiques ».
  • 2016 : C. Patin, « Mise en place d'un protocole de mesures par fluorescence-X portable sur des alliages métalliques hétérogènes pour une application en archéologie » .

Stages IUT Mesures Physiques

  • 2017 : M. Perrin, IUT mesures physiques de Unicaen « Caractérisation de matériaux argileux provenant de Barbery ».
  • 2013 : H. Rohée, IUT Mesures physiques de Unicaen: « Étude et mesure de répétabilité et de reproductibilité (intra-laboratoire) des analyses chimiques obtenues par ICP-AES de céramiques archéologiques ainsi que l’évaluation des incertitudes des mesures »

Autres stages

  • 2018 : encadrement de 5 stagiaires sur la fouille des tuileries de Barbery (Calvados)
  • 2017 : Encadrement de 3 stagiaires sur la fouille des tuileries de Barbery (Calvados)
  • 2014-2015 : C. Loubet, Luca Parlog et Vincent Mouginot : encadrement d’un stage pour la réalisation d’un TIPE (Travail d’Initiative Personnelle Encadré) dans le cadre de la classe Préparatoire aux Grandes Écoles du Lycée Victor Hugo à Caen.


6. Colloques

  • 15-16 mars 2019, avec A. Dubois et J.-B. Vincent : journées du réseau Terres cuites architecturales.
  • 24-26 oct 2018, avec C. Allinne (CRAHAM), V. Brunet (Eveha), N. Coulthard (MCC), G. Schutz (service archéologie du département du Calvados) et G. Léon (Inrap), colloque bilan du PCR Arbano : « Far West : La Normandie antique et les marges nord-ouest de l’empire romain, 1er siècle avant J.-C./Ive siècle après J.C. ».
  • 22-23 juin 2017, avec A. Dubois et J.-B. Vincent , workshop : « Toitures et matériaux de couverture au Moyen Âge et à l’époque moderne dans l’ouest de la France : état de la question ».
  • 28-30 mai 2015, avec P. Husi (Citeres-Lat Tours), Y. Henigfeld (Univ. Nantes) et F. Ravoire –Inrap, CRAHAM), colloque de la SAMMC : « L’objet au Moyen Âge et à l’époque moderne : fabriquer, échanger, consommer et recycler ».
  • 22 au 26 avril 2013, coordination du comité local du colloque d’Archéométrie du GMPCA (Groupe de Méthodes Pluridisciplinaires Contribuant à l'Archéologie).