17 octobre 2018

Les élites au village : étude de la distinction sociale par les marqueurs archéologiques de part et d’autre de la Manche, entre le XIe et le XVe siècle

Soutenance de thèse de Diane Régo

Le 17 octobre 2018, Mme Diane Rego a soutenu sa thèse en archéologie médiévale sous la direction conjointe de Claire Hanusse (maître de conférences HDR, université de Caen Normandie) et Christopher Gerrard (professeur à l’université de Durham). Outre ses deux directeurs de thèse, le jury était composé de Laurent Schneider (directeur de recherche HDR au CNRS, président du jury), Richard Jones (professeur associé à l’université de Leicester, rapporteur pour l’université de Caen Normandie), Luc Bourgeois (professeur à l’université de Caen Normandie, rapporteur pour l’université de Durham) et David Petts (professeur associé à l’université de Durham)

Cette thèse de doctorat s’attache à montrer que les vestiges archéologiques de terrain peuvent être interpréter socialement et à réviser une vision parfois superficielle de la stratification socio-économique des villages médiévaux. A partir de l’exemple de la fouille du hameau de Trainecourt (Grentheville – Calvados) où une maison « aristocratique » est installée au cœur de l’habitat groupé, ce projet a été centré sur le développement d’une méthode permettant d’approcher les élites villageoises dont nous percevons l’existence grâce aux sources textuelles mais qui n’ont que peu été abordées en archéologie médiévale.En employant une démarche comparatiste consistant à mettre en parallèle aussi bien les données archéologiques que les perspectives scientifiques anglaises et françaises, en adoptant le cadre théorique de la Social Archaeology, en étudiant de manière approfondie les processus sociaux (distinction, rapprochement, performance) exprimés au travers des pratiques de consommation se jouant dans l’habitat et en examinant des sites archéologiques élitaires (manoirs, maisons fortes, châteaux, etc.), nous avons réussi à établir une liste de trente-quatre marqueurs archéologiques révélant une identité sociale qui se distingue, regroupés en trois catégories : l’utilisation de l’espace, la morphologie de l’habitat et un style de vie spécifique. Ce référentiel a ensuite été comparé à des habitats ruraux (villages, hameaux, etc.) situés de part et d’autre de la Manche, afin de percevoir des éléments de stratification sociale. Au total, des unités élitaires ont été repérées dans sept villages ou hameaux et des hiérarchies socio-économiques élaborées pour une dizaine d’autres sites ruraux.

Lire le compte rendu de la soutenance sur les Échos du Craham

Thèse consultable en ligne sur Hal-TEL

17 octobre 2018, 14h0018h00
Unicaen

Prochains évènements

Retour à l'agenda