18 septembre 2021

[Conférence] Résultats des fouilles réalisées autour de l’église Saint-Pierre de Lion-sur-Mer

Projet de recherche sur l’ancien cimetière paroissial de Lion-sur-Mer (14)

L’ancien cimetière paroissial de Lion-sur-Mer (14) était localisé autour de l’église Saint-Pierre. Le cimetière actuel a été établi à l’écart du centre-bourg au début du XXe siècle. Le transfert des cimetières paroissiaux, au cours des derniers siècles, engendra fréquemment le déplacement d’une partie seulement des sépultures, les plus récentes. Régulièrement, lors de travaux à proximité d’églises, des sépultures du Moyen Âge et de l’époque moderne sont mises au jour. L’hypothèse posée pour ce projet de recherche est que les niveaux archéologiques de l’ancien cimetière soient conservés – au moins partiellement – autour de l’église Saint-Pierre, offrant l’opportunité d’une fouille archéologique.

Ce projet interdisciplinaire a été amorcé en 2020, avec les soutiens de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), du Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales (Craham, Université de Caen Normandie/CNRS), d’Éveha (bureau d’études et de valorisations archéologiques) et de la mairie de Lion-sur-Mer.

L’étude documentaire préliminaire démontre le potentiel important des documents d’archives (registres paroissiaux, etc.). Ceux-ci permettent d’envisager une recherche approfondie – basée à la fois sur ces documents d’archives et sur l’archéologie – concernant la population ancienne de Lion-sur-Mer.

Une opération archéologique, comportant deux sondages aux abords de l’église, a été réalisée en août dernier afin principalement de vérifier la présence de vestiges archéologiques.

Cette première intervention, nécessairement limitée, a permis de mettre en évidence plus d’un vingtaine de sépultures datant du Moyen Âge (vraisemblablement XIe-XIIe siècles) et de l’époque moderne.

Les objectifs scientifiques du projet sont multiples. Il s’agit principalement d’étudier, sous les aspects bio-anthropologiques et sociaux, une population paroissiale sur plusieurs siècles. Dans le cas d’une communauté d’habitants marquée par la proximité de la mer, l’analyse des restes osseux peut renseigner sur l’impact du littoral sur la population (alimentation, état sanitaire, etc.). L’étude des sépultures permet d’approcher le thème de la gestion de l’espace funéraire au cours de cette même période (organisation, développement du cimetière). Les archives permettent pour leur part également d’aborder la population, notamment à partir des registres paroissiaux puis d’état-civil.

Suite à ces premières découvertes, une demande de fouille archéologique pour 2022 sera déposée auprès de la DRAC.

La conférence prévue à Lion-sur-Mer le 18 septembre permettra de présenter au grand public les premiers résultats de ce projet.

Prochains évènements

Retour à l'agenda