05 octobre 2019

Fête de la science 2019 : portes ouvertes au Craham

Les archéologues et historiens du Craham ouvrent les portes de leurs laboratoires à l’occasion de la Fête de la Science…

Après le succès rencontré en 2016, 2017 et 2018 (350 personnes accueillies au total), le Craham ouvre à nouveau ses portes au public pour la fête de la science 2019. Le samedi 5 octobre, 6 ateliers sont organisés pour faire partager notre passion pour l’archéologie et l’histoire antique et médiévale, tout en faisant découvrir les métiers de la recherche : archéologue, archéomaticien, céramologue, historien, philologue…

Ce sera l’occasion de découvrir les techniques mises en œuvre dans nos recherches : numérisation d’ouvrages anciens, bases de données, prospection archéomagnétique, analyses de laboratoire, édition et traductions de textes médiévaux, etc.

L’inscription aux ateliers est obligatoire (nombre limité de places dans nos locaux).

Formulaire d’inscription aux Portes ouvertes (samedi 5 octobre) : https://framaforms.org/fete-de-la-science-inscription-aux-portes-ouvertes-au-craham-5-octobre-2019-1567605709

Ateliers

Chaque atelier durera environ 1 heure, et sera couplé avec un autre atelier (le parcours alliera ainsi histoire et archéologie), pour une durée de deux heures trente. Deux créneaux horaires seront organisés (matin et après-midi) permettant à ceux qui le souhaitent d’assister à d’autres parcours.

  • Histoire d’os, de la tombe au laboratoire (archéoanthropologie)
  • Vaisselle et toiture sortent de terre (Archéométrie-céramologie)
  • Voir, lire et comprendre les pièces de monnaie. Qu’est-ce que le travail du numismate en laboratoire ?
  • La représentation des Barbares sur les monnaies romaines à la fin de l’Antiquité (IVe-Ve siècles)
  • Dessine-moi une sirène : quelques créatures marines dans la science et l’iconographie médiévale
  • De Harald aux dents bleues… aux technologies sans fil au service de l’archéologie

Parcours proposés

Samedi 5 octobre, matin, 10h-12h30

  • Histoire d’os + Harald aux dents bleues
  • Vaisselle et toiture + Dessine-moi une sirène
  • Voir, lire et comprendre les pièces de monnaie + La représentation des Barbares

Samedi 5 octobre, après-midi, 14h30-17h00

  • Histoire d’os + Dessine-moi une sirène
  • Vaisselle et toiture + Harald aux dents bleues

Descriptif des ateliers

JPEG - 192.2 ko

Histoire d’os : de la tombe au laboratoire

Des archéoanthropologues passionnés inviteront le public à se glisser dans la peau d’un archéologue du funéraire le temps d’un parcours au sein du laboratoire d’anthopologie du CRAHAM.
Pour cette nouvelle édition de la Fête de la science, le laboratoire de paléoanthropologie a choisi de proposer au public un petit parcours en deux étapes pour lui permettre de découvrir les différentes facettes de ce métier via des exposés et des ateliers et petits jeux permettant à tous de manipuler des ossements.
La première étape concernera l’aspect terrain de ce métier, c’est-à-dire la fouille de sépulture. Une présentation des sites archéologiques fouillés et/ou étudiés par les membres du laboratoire (l’aître Saint-Maclou à Rouen, la nécropole de Saint-Dizier en Champagne-Ardenne, la léproserie de Saint-Thomas d’Aizier dans l’Eure, la nécropole Michelet de Lisieux, la fouille de la vieille église de Thaon près de Caen, ou encore la récente fouille préventive du musée de la tapisserie de Bayeux) permettra au public de mieux connaître la recherche archéologique, telle qu’elle se pratique actuellement, en particulier dans la région normande. Une présentation des méthodologies de fouille et des outils nécessaires à la fouille de sépultures sera ainsi accompagnée de deux ateliers pratiques pour les petits et les grands. Le premier portera sur la différenciation des os humains et animaux et le second, sous forme de quizz, s’appuiera sur le matériel de terrain utilisé en anthropologie.
Lors de la seconde étape de ce parcours, nous présenterons les différentes méthodes de détermination du sexe et d’estimation de l’âge des individus notamment à l’aide de la cémentochronologie – ou analyse des anneaux du cément dentaire – (pratiquée par seulement quelques laboratoires en France). Nous montrerons comment ces méthodes, couplées à l’observation des pathologies osseuses et dentaires, nous permettent de mieux connaître nos ancêtres et d’appréhender davantage leurs conditions de vie, leur état de santé, leur origine ou encore leur alimentation. La présentation du travail de laboratoire s’accompagnera, pour les plus téméraires, d’ateliers proposant une manipulation du matériel osseux, un apprentissage à la reconnaissance des os et des dents humaines ainsi qu’un exemple de sexualisation d’un individu grâce à l’ostéométrie.

>> Page web du laboratoire d’anthropologie du CRAHAM

Intervenants
Cécile Chapelain de Sereville-Niel, archéo-anthropologue, Ingénieure de recherche CNRS responsable du laboratoire d’archéo-anthropologie du Craham (UMR 6273 CNRS/UNICAEN) ; Valentin Miclon doctorant à l’Université de Tours UMR 7324 Citeres (CNRS/ Université de Tours), et contractuel au Craham ; Julia Pacory, doctorante à l’Université de Caen Normandie, Craham.

JPEG - 442.2 ko
Atelier de céramologie au Craham pendant la Fête de la science

Vaisselle et toiture sortent de terre (Archéométrie-céramologie)

Présentation du travail du céramologue et de l’archéomètre et de l’interaction avec les travaux de l’historien. Comprendre le travail des artisans potiers et tuiliers d’autrefois.

Présentation du travail du céramologue et de l’archéomètre et de l’interaction avec les travaux de l’historien. Comprendre le travail des artisans potiers et tuiliers d’autrefois. Où se sont-ils installés ? Comment retrouver les lieux de productions ? Comment les terres cuites ont-elles été fabriquées ? À quoi ont-elles servi ? Quels sont les matériaux qui ont été utilisés ? Comment peut-on les reconnaître ? Autant de questions qui seront abordées par différentes techniques de prospections, d’observations et d’analyses.

Comment faire parler ces fragments de tessons en terre cuite : une présentation générale sera suivie du parcours du « tesson » au laboratoire ; des activités seront proposées pour les plus petits (puzzle 3D notamment, séance de lavage) pendant que les plus passionnés pourront faire une « incartade » dans le domaine des matériaux et des analyses chimiques.

Nous proposons de présenter le travail au sein du service d’archéométrie-céramologie, à travers un projet de recherche pluridisciplinaire sur « les Tuileries médiévales et modernes de Barbery », dans le Calvados, dont la fouille d’un four réalisée en septembre 2019. Nous mettrons l’accent sur les différentes approches qui nous ont permis de localiser ce site de production exceptionnel, sur l’étude des produits façonnés et des matériaux utilisés par les tuiliers pour leur fabrication. Les différentes approches seront abordées depuis les recherches en archives, les prospections sur le terrain, pédestre, archéomagnétique et carottages, ainsi que la fouille. Les apports des analyses en laboratoire seront aussi présentés pour étudier les caractéristiques des matériaux argileux et l’origine des terres cuites dans les habitats.

Il sera alors également évoqué l’apport essentiel de la céramique comme « outil » de datation et d’identification des circuits d’échanges commerciaux.
Atelier « nettoyage » de la terre cuite

Après la fouille réalisée en septembre 2019 à Barbery, le mobilier archéologique découvert sera trié et nettoyé pour préparer les études. Il sera lavé à l’eau en distinguant différents types de matériaux : os, céramiques ou objets lithiques… C’est une étape importante car les objets sont manipulés ; le lavage permet de révéler des traces particulières comme des décors qui peuvent nous mettre sur la piste d’une identification ou d’une origine.
Atelier « céramique »

Expérimenter le travail d’enquête du céramologue, à partir du remontage, du dessin (relevé manuel et reprise en DAO), de l’observation et de l’identification de l’objet, de sa forme, de son décor et de l’argile que le potier a utilisée. Découvrir le vaisselier utilisé à une époque et d’où il vient. Participation à l’élaboration d’une planche typologique.
Atelier « archéométrie »

Comment retrouver les lieux de productions ? Quels sont les matériaux qui ont été utilisés ? Comment peut-on les reconnaître ? On suivra le parcours du tesson ou de l’argile au laboratoire, avec l’exemple des tuiles et des argiles de Barbery. Découverte du métier de géochimiste au sein d’un laboratoire d’archéologie et d’histoire.

Liens web

Intervenants
Marie-Paule Bataillé, assistante chimiste, UNICAEN, CRAHAM et LETG-Caen ; Adrien Dubois, historien, CRAHAM ; Mathilde Leclerc, archéologue-céramologue, étudiante, UNICAEN ; Anne Bocquet-Liénard, archéomètre, ingénieur de recherche CNRS, CRAHAM

JPEG - 918.5 ko

Voir, lire et comprendre les pièces de monnaie. Qu’est-ce que le travail du numismate en laboratoire ?

Faire découvrir le travail du numismate à travers quelques découvertes monétaires, de l’Antiquité au Moyen Âge, réalisées dans le cadre de fouilles archéologiques.

L’on réduit souvent le numismate – celui qui étudie les monnaies anciennes (gauloises, romaines, médiévales) – à la caricature célèbre de La Bruyère : ce spécialiste qui « sait d’une médaille le frust, le flou et la fleur du coin », c’est-à-dire strictement obnubilé par l’état de conservation d’une monnaie. Pourtant, il y a bien plus depuis que l’archéologie a fait irruption dans la pratique du numismate. Si les idées reçues ont la vie dure, le numismate est celui qui s’interroge désormais sur toutes les étapes de la vie du numéraire, de sa production jusqu’à sa déposition, en passant par sa diffusion depuis l’atelier monétaire. Il ne se borne plus à la stricte étude individuelle des monnaies, qu’il serait chargé d’identifier, de classer, de dater, dont il devrait déterminer les techniques de fabrication. Le développement d’une numismatique plus archéologique donne à comprendre les usages monétaires du passé, manière de rappeler, en ces temps tournés vers les sciences économiques, que notre matière est d’abord faite d’hommes et de comportements. L’étude en laboratoire des monnaies permettra de découvrir le travail du numismate. En somme, c’est une « plongée » au cœur des activités du service de numismatique du Centre Michel de Boüard-CRAHAM que nous vous proposons.

Page web du laboratoire de numismatique du CRAHAM

Intervenants
Pierre-Marie Guihard (ingénieur Université de Caen, responsable du service de numismatique du Centre Michel de Boüard-CRAHAM) et Thibault Cardon (chargé de recherche CNRS, Centre Michel de Boüard-CRAHAM).

JPEG - 404 ko
Sirène, Thomas de cantimpré, Liber de natura rerum (XIIIe siècle). Valenciennes, BM, ms. 320, f. 118v

Dessine-moi une sirène : quelques créatures marines dans la science et l’iconographie médiévale

Faire découvrir les ouvrages scientifiques médiévaux et l’iconographie qui les accompagne, autour de quelques animaux marins.

Souvent mal connus, impressionnants par leur taille et difficiles à catégoriser, les mammifères marins comme les cétacés ont constitué pour les hommes du Moyen Âge un objet de fascination dont le pouvoir ne s’est jamais démenti. En nous appuyant sur les textes des encyclopédies rédigées du XIIIe au XVe, et en étudiant en regard les illustrations qui accompagnent les textes dans les manuscrits et les incunables, nous présenterons quelques animaux comme le cète, le zitiron ou le veau marin mais également certains mollusques céphalopodes comme le poulpe, objet de tous les fantasmes. La confrontation entre texte et image permettra d’aborder ce qu’étaient la science des hommes du Moyen Âge, mais aussi de découvrir une part de leur univers imaginaire, notamment à travers la description de monstres marins comme la sirène.

Liens web

Intervenants
Brigitte Gauvin, mâitresse de conférences, université de Caen, CRAHAM ; Catherine Jacquemard, professeure, Université de caen, CRAHAM

PNG - 234.4 ko
Monnaie. Barbares foulés aux pieds, Paris, Bibliothèque Nationale, cabinet des médailles.

La représentation des Barbares sur les monnaies romaines à la fin de l’Antiquité (IVe-Ve siècles)

L’atelier proposera aux participants de suivre pas à pas le parcours d’une chercheuse spécialiste de l’histoire de la fin de l’Empire romain, de la période dite des Grandes Invasions.
On a souvent comparé les monnaies romaines à des tracts contemporains. En effet, par les formules et les images inscrites sur les monnaies, les empereurs pouvaient divulguer des messages, tant dans les provinces à destination des populations romaines que dans le Barbaricum, les contrées à l’extérieur de l’empire, cette fois à destination des Barbares eux-mêmes. Une monnaie pouvait donc avoir des finalités doubles suivant la personne qui l’avait en possession et la regardait.

L’atelier proposera aux participants de suivre pas à pas le parcours d’une chercheuse spécialiste de l’histoire de la fin de l’Empire romain, de la période dite des Grandes Invasions.

  • Présentation du contexte historique, politique et culturel. Supports : carte(s), sites archéologiques.
  • Présentation des monnaies
  • Quel était le message divulgué aux populations romaines ?
  • Quel était le message divulgué aux populations barbares et ses conséquences ?

Page web de Christine Delaplace

Intervenant
Christine Delaplace, Professeur d’histoire romaine, Université de Caen, Directrice du Centre Michel de Boüard, CRAHAM

JPEG - 947.4 ko
Représentation symbolique d’Harald Blåtand

De Harald à la dent bleue… aux technologies sans fil au service de l’archéologie

L’atelier propose de présenter un type de liaison sans fil qui fait désormais partie du quotidien des archéologues, tant sur les chantiers de fouilles que dans les laboratoires.

Les nouvelles technologies numériques sont entrées dans notre vie courante. Sans que nous en ayons forcement conscience, elles sont présentes aussi bien dans notre vie privée que dans le monde professionnel. L’archéologie n’échappe pas à cette évolution.

Au cours de la présentation, nous aborderons dans un premier temps l’origine du « bluetooth » et de son logo. Nous nous intéresserons au roi danois Harald Blåtand et à l’alphabet runique. Puis, dans un deuxième temps, nous expliquerons les principes, le fonctionnement et les caractéristiques de cette technologie de transmission par ondes radio. Enfin, dans un troisième temps, nous présenterons différents types de matériels utilisant ce protocole de communications dans le domaine de l’archéologie. Nous verrons que les matériels dits « intelligents » (car ils communiquent sans lien physique visible) sont autant présents sur le terrain qu’au laboratoire.

Page du service archéomatique

Intervenant
Éric Broine, ingénieur archéomaticien, université de Caen Normandie, CRAHAM

JPEG - 150.5 ko
Atelier scolaires au laboratoire d’anthropologie du Craham

[SCOLAIRES] Dans les coulisses de la recherche en histoire et archéologie

Le Craham ouvre à ses portes à des groupes scolaires pour la fête de la science 2019. Le jeudi 10 octobre 2019, plusieurs ateliers sont organisés pour faire partager notre passion pour l’archéologie et l’histoire antique et médiévale, tout en faisant découvrir les métiers de la recherche : archéologue, anthropologue, historien, philologue…

Parcours proposé : un atelier en anthropologie + un atelier en histoire

  • Histoire d’os, de la tombe au laboratoire (archéoanthropologie)
  • Dessine-moi une sirène : quelques créatures marines dans la science et l’iconographie médiévale (histoire)

Chaque atelier durera environ 50 minutes et sera couplé avec l’autre atelier (le parcours alliera ainsi histoire et archéologie), pour une durée de deux heures. Chaque classe est donc partagée en deux demi-groupes (2 x 14 maximum).

Possibilité d’accueillir deux classes, une le matin (10h-12h), l’autre l’après-midi (13h30-15h30).

Niveau : collège, classes de 6e et de 5e.

Contact : thierry.buquet@unicaen.fr

Intervenants
Cécile Chapelain de Sereville-Niel, archéo-anthropologue, Ingénieure de recherche CNRS responsable du laboratoire d’archéo-anthropologie du Craham (UMR 6273 CNRS/UNICAEN) ; Valentin Miclon doctorant à l’Université de Tours UMR 7324 Citeres (CNRS/ Université de Tours), et contractuel au Craham ; Julia Pacory, doctorante à l’Université de Caen Normandie, Craham ; Thierry Buquet, Ingénieur de recherche CNRS – Craham ; Brigitte Gauvin, maîtresse de conférence, université de Caen Normandie, Craham ; Catherine Jacquemard, professeure, université de Caen Normandie, Craham

05 octobre 2019, 10h0010h00
Craham
Campus 1
Caen
Logo Visuel Fête de la Science

Prochains évènements

Retour à l'agenda